vendredi 2 décembre 2016

Chapitre 4
Approche géopolitique
l'ONU et les organisations régionales.
Quelles incidences sur les programmes annuels d'émission?
Suite

l'Organisation de Coopération de Shanghai. (O.C.S)

                        "L'O.C.S est une organisation intergouvernementale régionale asiatique.....  Elle a été créée à Shanghai les 14 et 15 juin 2001 par les présidents de ses six pays membres. Le 10 juillet 2015, l'OCS a décidé d'admettre l'Inde et le Pakistan comme membres à part entière.  Ses objectifs revendiqués sont, par le biais de concertations entre les différents chefs d’État ou de gouvernement, de renforcer la confiance mutuelle et les relations de bon voisinage entre les États membres, de sauvegarder la paix, la sécurité et la stabilité régionales, d'œuvrer à la création d’un nouvel ordre politique et économique international, plus juste et démocratique. Une structure anti-terroriste régionale permanente est installée à Tachkent. 
               Les acquis de cette structure se placent essentiellement dans le domaine de la sécurité : manœuvres communes (sino-kazakhes, puis sino-russes en 2005), instance commune de lutte contre le terrorisme...Depuis la conférence d’Astana la coopération s’étend également à la lutte contre le séparatisme, le terrorisme et l’extrémisme islamiste, ainsi que contre l'impérialisme des États-Unis, par une déclaration exigeant la fermeture des bases américaines dans la région. Elle offre également un lieu de discussion entre les deux grandes puissances voisines de l’Asie centrale, qui se disputent l’influence sur cette région. Par des prises de position communes la Chine et la Russie font front face à l’influence des Etats-Unis dans la région. Pour certaines sources, cette organisation constituerait une alternative à l’OTAN, susceptible de faire pencher de son côté l’Inde, dont les Etats-Unis recherchent l’alliance face à la Chine."(15)

                         Les opinions occidentales ont-elles réalisé qu'avec l'admission en 2016  de l'Inde et du Pakistan au sein de l'O.C.S, voici que s'affirme dans cette partie du monde une organisation de défense et de sécurité regroupant en son sein plus de puissances nucléaires que n'en regroupe l'OTAN. (Russie, Chine, Inde, Pakistan). La puissance militaire de la Chine et de l'Inde s'exprime depuis 2003/2005 sur les timbres émis par ces deux capitales.

Cliquez sur les timbres pour les agrandir


                    Mais l'Inde, notamment, s'affirme à cet égard d'autant plus librement que le Pakistan se sert des faciales de ses timbres pour dire que le pays "est second de personne". Les deux nouveaux États qui rejoignent l'O.C.S entendent faire valoir leur puissance militaire dans la diversité de leurs capacités et le montrent sur les timbres qu'ils diffusent sans réserve, si ce n'est celle de dire qu'ils sont également des puissances nucléaires.
                    La crédibilité de l'organisation s'affiche également par le biais des contacts entre les capitales, par les manœuvres conjointes, le professionnalisme des forces armées ouzbeks. Les timbres traitent de ces sujets. Le dynamisme russe au plan philatélique fait donc ici école. La thématique Défense s'y exprime pleinement.
                
 
                            Les préoccupations des membres de l'O.C.S ne se limitent pas à la sécurité des pays concernés. L'Inde organise ainsi un forum tri-annuel (16) avec tout ou partie des pays africains, que la Chine sollicite pour leurs terres cultivables. 
                           Or l'intérêt commun implique de militer pour une Afrique prospère, pacifique, intégrée, rejoignant en cela les objectifs fixés à l'Union africaine (U.A.). Mais tant du Nord au Sud que de l'Est vers l'Ouest l'insécurité règne en Afrique aujourd'hui. 
                                 Les armées nationales des pays du Sahel participent aux combats menés contre Daech. L'Europe a pris en compte l'entraînement des forces. Celles-ci sont concernées sous couvert de l'ONU par des opérations de maintien de la paix. La défense est donc bien une priorité pour l'Union africaine.

(15) http://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_de_coopération_de_Shanghai
(16) depuis 2008



jeudi 1 décembre 2016

Chapitre 4
Approche géopolitique
l'ONU et les organisations régionales.
Quelles incidences sur les programmes annuels d'émission?
Suite

l'Organisation du Traité de Sécurité Collective.(O.T.S.C)

Cliquez sur les timbres pour les agrandir


               Le "soldat à la loupe" ne peut qu'être attentif à l'Organisation. Ses objectifs, ses structures, ses règles de fonctionnement et ses initiatives sont autant de sujets en effet que peuvent exploiter les responsables russes  de la philatélie et ceux des États membres. Les domaines d'intérêt sont d'ordre planétaire puisque l'O.T.S.C agit avec l'ONU pour le maintien de la Paix, intervient dans les zones est-européennes, sibériennes, centre-asiatiques et caucasiennes. Les sujets potentiels relèvent de la défense commune anti-aérienne, du potentiel russe de coopération avec la Belarus, la Crimée, la Transnistrie, l'Abkhazie, l'Ossétie, des manœuvres en commun, des contacts suivis avec les organismes de même vocation, OTAN, O.C.S et GUAM,(8) de la non-agression, et des coopérations d'ordre technologique, de la nature des forces de maintien de la paix et  d'intervention rapide.(9) Les missions assignées à l'organisation se définissent ainsi:

-Garantir la sécurité collective des États membres de la C.E.I, -Promouvoir et développer la Coopération entre les États membres, -Défendre la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriales des États membres, - Maintenir la paix, la sécurité et la stabilité dans la région, -Lutter contre le terrorisme, - Lutter contre la prolifération d'armes de destruction massive, -Lutter contre la criminalité transnationale. 

Mais quels messages transmettent les timbres des pays membres depuis l'année 2000?

Minsk est le seul État à avoir refusé que ses timbres soient repris par l'auteur de ce livre, fussent-ils ou non imprimés en noir et blanc....

                                 En février 2009, la Russie et la Biélorussie ont signé un accord pour créer un système commun de défense aérienne, mais des conflits latents subsistent sur la question gazière et les difficultés aux frontières ouest et sud-ouest russes, en raison de rapports conflictuels avec les anciens membres du Pacte de Varsovie qui ont choisi l'U.E. Même si un timbre rappelle le repli des blindés soviétiques après la chute du mur, la bonne entente qui règne entre Minsk et Moscou se traduit par des timbres répétés honorant l'armée rouge. Un feuillet de 4 timbres émis en février 2000 rappelle que le père des Sukhoy  est natif de Vitebsk. Moscou et Minsk affichent leur "amitié". 

                               Les timbres d'Astana ignorent l'O.T.S.C, mais se souviennent de Baïkonour, l'un des deux sites majeurs de l'Union soviétique restés au Kazakhstan après la chute du mur, avec celui de Semeï, sur lequel Moscou entretenait un centre nucléaire important. "Aujourd'hui Astana est un acteur majeur de l'initiative pour un monde exempt d'armes nucléaires, et Noursoultan Nazarbaïev est considéré à juste titre comme un leader mondial des initiatives prises en matière de non-prolifération." (10)


                      Un feuillet de 2 timbres émis en 2013 commémore la journée internationale organisée le 29 août 2012 contre les essais nucléaires. Le président kazakh s'adresse à Obama et à son homologue Dmitry Medvedev. Un an au par avant, un timbre évoquait l'interdiction totale des essais nucléaires. Le Kazakhstan s'efforce de rester bon élève et proche de la Russie sans omettre cependant d'être un partenaire attentif de l'OTAN et de coopérer avec les armées turques.

                Les timbres relevant de la thématique" Défense et forces armées" émis par la Russie depuis 2002, (date de la création de l'O.T.C.S), ne témoignent que peu, de l'intérêt porté par Moscou à cette Organisation. Moscou n'a pas même retenu le logo de l'O.T.S.C comme sujet d'une faciale, rejoignant en cela trois autres pays membres (11). Les réalisations  conjointes, pourtant révélatrices d'une volonté commune, ne sont pas évoquées:  rien sur la mise en place d'une défense aérienne commune; rien sur les unités des forces d'intervention et de maintien de la paix; silence sur le projet de déploiement  de batteries de l'OTAN sur le sol polonais. Moscou "fait profil bas". Aucun des objectifs précisés dans la charte signée à Chisinau n'est repris sur un timbre, si on fait abstraction d'un timbre de 2002 sur la lutte à mener contre le terrorisme et d'un timbre émis, une décennie plus tard, sur les gardes frontières.
   

                          On peut certes remarquer que les sujets choisis sur la faciale des timbres émis par la Russie donnent l'image générale d'une puissance militaire assumée, fondée sur des moyens de haute technologie mais aussi sur des hommes fiers des forces armées de l'ex-U.R.S.S. Mais ces timbres expriment mal les liens qui unissent Moscou aux autres capitales de l'O.T.S.C. Il faudra que l'Iran émette en 2008 une série de trois timbres marquant un intérêt certain pour ces pays, pour que Moscou émette à son tour une série de faciales évoquant l'existence des liens qui la relient avec l'Arménie, l'Ukraine, la Bélarusse, le Kazakhstan, et l'Azerbaïdjan (12). La volonté d'agir pour une défense commune n'est donc pas relayée par la philatélie. Un timbre de 2015  révèle que Poutine a d'autres fers au feu. Moscou table en effet sur une évolution de la Communauté Économique Eurasiatique (C.E.E.A) englobant désormais la Biélorussie, la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan et l' Arménie..... et d'après les propos de Michael Lambert, chercheur à l'institut de Recherche stratégique de l'École militaire: "Poutine pourrait fixer à ce nouvel ensemble l'émergence à terme d'une armée eurasiatique, d'un même gouvernement et d'une même devise."(13)

                        Le jeu des U.S.A dans cette partie du monde inquiète d'autant plus que quatre États jadis alliés de la Russie ont choisi l'autre camp et militent en faveur de meilleures relations avec l'U.E et l'Alliance atlantique.

                La Géorgie, l'Ukraine, l'Azerbaïdjan et la Moldavie, transfuges de la CEI, ont en effet créé "l'organisation pour la démocratie et le développement" (GUAM). Un autre timbre enfin, émis en 2015, évoque la réunion du conseil des chefs d'État des pays membres de l'Organisation de Coopération de Shanghai. (O.C.S). La Russie par ce biais entend-t-elle contrer  les nouvelles ambitions d'Obama dans la zone? Que disent ainsi les timbres émis par les pays membres de cet O.C.S ? (14)

(8) Organisation de coopération de Shanghai, organisation pour la démocratie et le développement dite GUAM
(9) http:// fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_du_traité_de_sécurité_collective
(10)
http://www.asianews.fr/2012/09/le-29-aout-journee-internationale.html
(11) Bélarusse, Kirghizistan, Tadjikistan
(12) Avec l'Arménie: en 2011:  Journée de l'Arménie et 2 timbres en l'honneur de deux auteurs arméniens. Avec la Biélorussie: En 2009: 1 timbre à l'effigie de Gromyko, originaire du pays et ministre des Affaires étrangères de l'U.R.S.S de 1957 à 1985, puis président du Soviet Suprême de 1985 à 1988. En 2009; 1 feuillet rappelant la tradition chrétienne des deux pays. Avec le Kazakhstan: En 2004: 4 timbres sur le site spatial de Baïkonour. En 2010: 1 timbre en l'honneur du géographe Chokan Valikhanov. Avec l'Azerbaïdjan: en 2015: 2 timbres dédiés à l'architecture moderne. Avec l'Ukraine: en 2009: 1 timbre commémorant la bataille de Poltova de 1709.
(13) http://fr.wikipedia.org/wiki/Union_%C3%A9conomique_eurasiatique cf remarque 23
(14) Chine, Russie, Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, Ouzbékistan, Inde, Pakistan (en 2016 pour ces deux derniers états).

Suite: Cf dec 02

lundi 28 novembre 2016

Chapitre 4
Approche géopolitique
l'ONU et les organisations régionales.
Quelles incidences sur les programmes annuels d'émission?
Suite

l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN). (5) 

L'objectif premier de l'OTAN est la sauvegarde de la liberté et de la sécurité de tous ses membres par des moyens politiques et militaires.
L'OTAN a pour but de promouvoir les valeurs démocratiques et d'encourager la consultation et la coopération sur les questions de défense et de sécurité afin d'instaurer la confiance et, à long terme, de prévenir les conflits.
L'OTAN est attachée à la résolution pacifique des différends. Si les efforts diplomatiques échouent, elle possède les capacités militaires nécessaires pour entreprendre des opérations de gestion de crise. Celles-ci seront menées au titre de l'article 5 du Traité de Washington, le traité fondateur de l'OTAN, ou sous mandat de l'ONU, par l'OTAN seule ou en coopération avec d'autres pays ou organisations internationales.

             Les ex-États de l'Est qui ont rejoint l'OTAN ont donc eu à cœur, depuis deux décennies, d'émettre quelques faciales évoquant leur statut de nouvel Etat membre d'une organisation qu'ils combattaient hier (Cf aussi le chapitre 3). Les timbres diffusés sont sobres et peu nombreux. L'ex- Yougoslavie est la seule à avoir émis une série de deux timbres en 2000, soulignant les dégâts commis par les avions  de l'Alliance atlantique au cours d'une campagne aérienne de deux mois et demi.

Cliquez sur les timbres pour les agrandir

                   Les anciens adversaires de l'Alliance atlantique n'ont émis aucun timbre évoquant les moyens militaires de l'organisation, ce que peut regretter le "soldat à la loupe", car sans être va-t-en-guerre, il eut été admis que les États évoquent l'organisation des moyens militaires et des Commandements, les traditions des Armes constitutives des forces, les formations d'alerte, les centres d'entrainement, les écoles de l'OTAN, les nouveaux systèmes d'armes. La France, quant à elle, a fait le choix de la discrétion et n'a donc pas marqué son retour dans l'OTAN par l'émission d'un timbre, un retour attendu pour pallier la faiblesse des moyens nationaux en cas de crise majeure, toujours possible à terme, qui nécessiterait le recours à l'article 5 du Traité, prévoyant notamment que "si un Allié est victime d'une attaque armée, chacun des autres membres de l'Alliance atlantique considérera cet acte de violence comme une attaque armée contre l'ensemble des membres et prendra les mesures qu'il juge nécessaires pour apporter une aide à l'Allié attaqué". (6)

                  L'OTAN en tant que telle n'a donc pas répondu à "l'activisme" russe au plan philatélique, un activisme loué, faut-il le reconnaître,  par ceux qui s'intéressent au thème de la "Défense" ....

la Communauté des États Indépendants (C.E.I)

                      Au "bloc" soviétique a succédé non pas un ensemble cohérent mais quatre entités, dont l'une est élargie à l'Inde et à la Chine, et dont les objectifs peuvent être divergents.
           
                              La plus connue d'entre-elles est la Communauté des États Indépendants, une sorte de "Club" dont la composition a varié dans le temps depuis sa création en 1991. Sept pays en sont membres à l'aube de 2016, : l'Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, l'Ouzbékistan, la Russie et le Tadjikistan, alors qu'ils étaient neuf avant que l'Azerbaïdjan et l'Ukraine ne rejoignent  le GUAM, l'organisation pour la démocratie et le développement.


                            La Charte qui a défini les objectifs du "Club" en 1993 évoque les questions de  défense et de sécurité, sans en faire pour autant une priorité: Agissant en conformité avec les normes et les principes de l'O.S.C.E, la C.E.I retient quatre objectifs majeurs en matière de défense et de sécurité:

Afin de garantir la paix et la sécurité internationale, la C.E.I préconise:

-l'adoption de mesures pour réduire les armements et les dépenses militaires; -la liquidation des armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive, afin d'arriver au désarmement général et complet. - l'approfondissement de la coopération entre les pays de la C.E.I et l'ONU et autres organisations internationales dans le domaine de la régulation des conflits internationaux. - l'unification des forces et des moyens dans la lutte contre la criminalité organisées, le terrorisme international et les autres formes d'extrémisme; - le règlement pacifique des litiges et des conflits entre les pays membres." (7)


                     Mais les antagonismes internes aux États et entre la Russie et certains des sept membres de la communauté ont rendu difficile l'atteinte des objectifs qu'elle s'était assignés.
Les timbres ne parlent pas  de ces difficultés, qui sont à l'origine d'un nouvel organisme axé sur les questions de défense et de sécurité. L'Organisation du Traité de Sécurité Collective (O.T.S.C) voit le jour en effet en octobre 2002 et est en quelque sorte le nouveau bras armé de la C.E.I. 

(5) Cf l'annexe précisant la liste des états membres et http://www.nato.int/cps/fr/natohq/official_texts_17120.htm
(6) cf http://www.nato.int/terrorism/cinq.htm
(7) http://www.operationspaix.net/4-fiche-d-information-de-l-organisation-cei.html



Suite: Cf dec 01

vendredi 18 novembre 2016

Chapitre 4
Approche géopolitique
l'ONU et les organisations régionales.
Quelles incidences sur les programmes annuels d'émission?

                  Les administrations postales et les autorités politiques concernées  agissent au sein de multiples réseaux ayant des objectifs économiques et financiers, techniques et politiques et de sécurité collective spécifiques.
En quoi ces objectifs se répercutent-ils dans les messages émis sur les faciales "Défense" des timbres  des États membres de ces divers réseaux et quels sont ces messages, si messages il y a, dont la teneur dépend des préoccupations politiques, sociales, géopolitiques et de développement du moment ?
            Même si l'UPU retient le "secteur militaire" comme l'une des thématiques de la philatélie , force est de constater l'absence de directives concernant la façon dont les timbres peuvent traiter les questions de Défense et parler des Armées, si ce n'est un appel d'ordre plus général de l'Association mondiale pour le développement de la philatélie (AMDP) consistant à "encourager les pays-membres à inclure dans leurs programmes philatéliques des thèmes planétaires développés par des organismes des Nations-Unis."
            L'UPU s'en remet donc à la bonne volonté des états-membres de l'Union, puisque l'ONU se garde d'inviter les États et ses  agences postales de New-York, de Genève et de Vienne à inscrire la défense à leurs programmes annuels, et n'aborde pas même de façon officielle le sujet de la lutte contre le terrorisme.
             Le service de l'action anti-mines de l'ONU a certes développé un programme en cinq points, dont l'un concerne "la sensibilisation aux mines et l'éducation concernant la réduction des mines". Cette action s'est traduite par quelques émissions de timbres par  moins de dix états (1). Depuis 1993, le rôle des Nations Unies en matière d’action anti-mines a été pourtant réaffirmé et soutenu de façon répétée par plusieurs résolutions de l’Assemblée générale.... dans la plus grande indifférence philatélique ou presque !


Cliquez sur les timbres pour les agrandir


             Les organisations régionales seraient-elles plus actives et surtout plus suivies? L'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en  Europe - L'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord - La Communauté des États Indépendants (OTSC-OCS) - L'Union Africaine (CEDEAO-COMESA-CEAAC-CDAA) - La Ligue Arabe et le Conseil de Coopération du Golfe - La Communauté des États d'Amérique Latine et Caribéens-Le Conseil sud-américain de défense - Le Forum des îles du Pacifique etc...

l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. (O.S.C.E) (2)

                        En matière de Défense et de Sécurité l'O.S.C.E intervient surtout dans trois domaines: le contrôle des armes, la gestion  des frontières, la lutte contre le terrorisme.
L'écroulement du Pacte de Varsovie a généré d'énormes stocks d'armes mal contrôlés. Il s'agit donc  pour l'organisation de lutter contre la prolifération de ces armes et de les détruire. Le Forum pour la coopération en matière de sécurité diffuse à cet effet des documents et réglemente les transferts d'armes conventionnelles.
L'école des cadres de gestion des frontières de l'O.S.C.E, cherche à améliorer la sécurité des frontières et forme à cet effet les agents frontaliers de l'Organisation.
La lutte contre le terrorisme constitue en outre l'un de ses domaines de compétence.
 L'O.S.C.E participe enfin à la prévention des conflits et au règlement politique durable des conflits existants.

                              Mais les programmes philatéliques annuels de l'Organisation n'accordent qu'une place restreinte aux questions de Défense. Répondre aux objectifs de l'Organisation suppose que les États admettent que les sujets liés à la Défense, au sens global du terme, et aux forces armées ne vont pas à l'encontre des visées politiques que poursuivent ces États. Moins d'un quart de ceux-ci, (un bilan décevant), membres et partenaires de l'O.S.C.E, font valoir sur leurs timbres émis depuis 2000, qu'ils adhérent aux projets d'une organisation, "qui œuvre en faveur de la Paix, de la démocratie et de la stabilité pour plus de 1 milliard de personnes dans le monde"(2)...


 
Mais au-delà de dire " nous sommes désormais membres de l'O.S.C.E", ces timbres ne traitent pas pour autant du contrôle des frontières et du trafic des armes, pas plus que des menaces terroristes islamiques. (3)
Le contrôle des armes est en effet un sujet sensible que les États n'abordent qu'avec réticence et se gardent d'en parler sur une faciale de timbre. Aucun des pays membres ne s'est aventuré à traiter la question plus vaste du désarmement en dépit d'une invite datant de 2004 faite par le bureau postal de l'ONU à New-York.(4)
La gestion des frontières, un thème peu abordé, sera-t-il demain  évoqué sur des timbres, tant cette question sera, selon toute vraisemblance, l'une des priorités de l'organisation? 



rappelle le retour au pays des réfugiés slovènes, il y a 60 ans, qui avaient fui devant la progression des chars soviétiques en Hongrie, plaçant dès cette époque la gestion des frontières au centre de débats relancés aujourd'hui. Le timbre polonais se contente de montrer l'insigne des  garde frontières .
A défaut d'illustrer les trois des axes d'effort de l'organisation,  une vingtaine de pays se contente d'évoquer de façon symbolique le fait qu'ils appartiennent au plus large des réseaux de coopération et de sécurité existant en Europe. 

(1) dont l'Algérie
(2) http://www.osce.org/fr/secretariat/35779?download=true. Cf également l'annexe précisant la liste des états membres.
(3) Cf le chapitre précédent.
(4) Cf le paragraphe ONU du chapitre 2.
(5) Cf l'annexe précisant la liste des états membres et http://www.nato.int/cps/fr/natohq/official_texts_17120.htm

Suite Cf 28nov

lundi 14 novembre 2016

Chapitre 3
Approche thématique
au-delà des commémorations...
Suite

Le renseignement et les forces spéciales

                         Autant dire qu'il eut été impensable qu'un tel sujet soit traité sur un timbre du temps de la guerre froide, mais les temps ont changé et l'ex-URSS  a été la première à franchir le pas après l'année 2000.
Moscou a diffusé un feuillet de six timbres en avril 2002 révélant le visage de six de ses espions qui furent exécutés en 1934 et 1937. Une seconde série émise en 2015 révèle le visage de deux autres espions du contre-espionage...

Cliquez sur les timbres pour les agrandir


                   L'Inde ouvre également la voie en émettant un timbre à la gloire de ses forces spéciales parachutistes....("qui m'aime me suit", est-on tenté d'écrire), et Karachi rappelle l'existence du Bureau renseignement au sein des forces indiennes!

                    Le timbre australien dédié aux forces spéciales et le timbre évoquant les services roumains de ce que les Britanniques appellent "Intelligence" montrent que le renseignement d'origine électromagnétique ne saurait se passer de l'apport des soldats  présents sur le terrain. 
Israël rend hommage aux combattants de l'ombre en diffusant un timbre à la gloire du réseau d'espionnage "NILI".(18)


(18) : http://fr.wikipedia.org/wiki/Nili

                       L'approche numérique faite en tête de ce livre a permis de noter la faiblesse relative du nombre de timbres émis traitant de la Défense.
                        De l'approche thématique sujet de ce chapitre retenons que les timbres reflètent mal l'actualité des forces, sauf rares exceptions. Les sujets abordés sont trop souvent en marge des grandes évolutions des outils de défense et des forces armées en tant qu'institution. Les administrations postales se privent donc d'une opportunité, celle de faire du timbre le témoin  d'une époque et de mettre en valeur le premier des outils régaliens d'une nation. C'est ainsi par exemple que près de la moitié des timbres émis en France depuis l'année 2000 par Phil@poste a pour sujet premier les commémorations.  
                   Comprise "à la française", la thématique Défense occulte résolument les sujets spécifiques au monde des militaires, au risque d'éloigner de la philatélie ceux des collectionneurs qui y prêtent intérêt. La France à cet égard, faut-il le répéter, se distingue de ses pairs. Or au-delà des thèmes et des sujets traités dans les pages précédentes, la thématique Défense, telle que savent l'aborder certaines grandes nations dotées de l'arme nucléaire, ou celles jouant un rôle au niveau régional, abordent des sujets aussi diversifiés que peuvent l'être par exemple les grandes institutions spécifiques aux armées, les grandes unités terrestres, aériennes et navales, les musées militaires, le sport dans les armées, la presse et la Défense, le service de santé, les écoles militaires, le monde animal au sein de la Défense, les arts et la Défense, le symbolisme des Armes et de l'Interarmées, les "protections célestes".

                  Marginale, décalée par rapport aux exigences actuelles, la thématique Défense" reprend-t-elle à son compte les préoccupations des instances régionales en matière de défense et de sécurité? 



suite cf nov 18

dimanche 13 novembre 2016

Chapitre 3
Approche thématique
au-delà des commémorations...
suite
Les constructions navales

la Grande-Bretagne

                                Avec les îles Anglo-normandes et ses territoires d'outre-mer, la Grande-Bretagne dispose d'un réseau d'influence qui lui permet d'exporter dans le monde, par la philatélie, le savoir faire de ses chantiers navals....et elle ne s'en prive pas, comme en témoignent ces timbres choisis parmi tant d'autres!

Cliquez sur les timbres pour les agrandir

 

la France

                   Il a fallu attendre plus de trois décennies (1969-2003) pour que Paris admette qu'un second timbre poste puisse diffuser l'image d'un bâtiment de guerre. Le timbre "le Charles de Gaulle" émis en métropole le 12 mai 2003 fait suite en effet à celui diffusé le 29 octobre 1969 montrant au grand public que la France dispose d'un sous-marin à propulsion nucléaire lanceur d'engins, baptisé "le Redoutable". 



                          On aurait pu penser que l'émission d'un timbre dédié au "Charles de Gaulle" soit aussi l'occasion d'honorer les navires formant le Groupe naval,  qui accompagnent en mer la sortie d'un PA.(cf 13).Une série de timbres aurait ainsi montré l'image des frégates (17), du sous-marin d'attaque et du ravitailleur que la Marine regroupe au sein d'un groupe naval.




                          Deux autres timbres sont émis quelques années plus tard (2008-2009), l'Hermione et la Jeanne d'Arc, deux bâtiments mythiques de  la marine française. L'un rappelle  la Fayette, "le héros des deux mondes" et l'autre "la Jeanne d'Arc" maintenant désarmé, sur lequel embarquaient les élèves- officiers de l'école navale.

Force est de reconnaître que les bateaux de guerre sont un sujet de timbres retenu fréquemment par les cinq territoires d'outre-mer de la France:  Nouvelle -Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre et Miquelon, Terres Australes Antarctiques Françaises, Wallis et Futuna. Ce sont ainsi plus de seize bâtiments qui ont été choisis pour faire la promotion des constructions navales et des navires de guerre affectés outre-mer.

 
Ces timbres ont pu être reproduits grâce à l'aimable autorisation des administrations postales de Saint-Pierre et Miquelon, des Terre australes françaises, de Nouvelle-Calédonie et de Wallis et Futuna, avec aussi l'accord de leurs créateurs dont les noms figurent sous chaque timbre, sans oublier l'accord de phil@poste


(13) Porte-avions
(17) Frégates de lutte anti-sous-marine, anti-aérienne, de patrouille lointaine.



Suite: cf nov 14

jeudi 10 novembre 2016

Chapitre 3
Approche thématique
au-delà des commémorations...
Les constructions navales

la Chine et l'Inde

                         3° marine mondiale et la plus importante des flottes en Asie, la marine chinoise ne s'exporte pas sur les timbres de Pékin. La Chine reste discrète sur ses chantiers navals, les effectifs de ses forces armées et sur ses équipements. Sa discrétion est telle, que la Chine n'a émis que deux timbres en quinze ans dédiés à sa marine, dont l'un au porte-avions Liaoning 16, jumeau du Kouznetsov.


Cliquez sur les timbres pour les agrandir

Mais la Chine est désormais troisième exportateur mondial de matériels de guerre. 23 pays importent des navires chinois. Trois frégates ont été vendues à l'Algérie. La Thaïlande, la Birmanie, le Maroc, le Vietnam, le Bangladesh ont aussi importé des bâtiments construits dans les chantiers chinois. Il faut donc s'en remettre aux timbres de ces pays pour voir sur une faciale d'autres navires chinois. 

                      L'Inde.................
......l'Océan indien convaincue que seules les puissances régionales sont en mesure d'y garantir la sécurité. New-Dehli a entamé la modernisation de ses forces navales depuis plus d'une décennie et rénove son infrastructure maritime en conséquence. Sa coopération avec la Russie joue un rôle majeur dans cette vaste entreprise. Les timbres rendent compte des ambitions indiennes. La thématique Défense occupe en effet une place importante dans les programmes annuels, abordant tour à tour les diverses composantes d'un outil militaire fier de son passé mais doté de moyens à la pointe du progrès. Missiles de croisière, porte-avions, sous-marins, frégates, corvettes et aéroglisseurs de la défense côtière témoignent sur les timbres de la diversité des moyens détenus et des liens existant entre l'industrie russe et les chantiers indiens. L'ex porte-avions Gorchkov, le Vikramaditya,  adapté aux besoins de la marine indienne et le missile Brahmos en sont les deux exemples les plus spectaculaires.


Suite: Cf nov 13